Ways of Life

HOOBIYEE : NOUVEL AN NISG̱A’A

Hoobiyee est la célébration communautaire annuelle du Nouvel An Nisg̱a’a. Les anciens Nisg̱a’a avaient l’habitude d’observer le passage de l’hiver et cette tradition a été reprise dans la célébration de Hoobiyee par le chef Haym̓aas (Chester Moore) du village de Gitwinksihlkw durant les années 1990. C’est aujourd’hui l’un des festivals les plus spectaculaires des Nisg̱a’a, qui met en valeur la nourriture, les danses et les chants traditionnels de ce peuple pendant une fin de semaine en février.

Hoobiyee était basé sur l’observation du croissant naissant de la lune. Dès avant l’histoire consignée, les ancêtres Nisg̱a’a observaient le nouveau croissant de lune en février, y cherchant un présage de prospérité pour la nouvelle année. Ils disaient que si le croissant avait la forme d’une cuiller posée à plat, celle-ci se remplirait, ce qui laissait augurer de bonnes récoltes de saumon, d’eulakane et d’autres sources importantes de nourriture pour les Nisg̱a’a.

Le nom « Hoobiyee » prend son origine dans l’expression Nisg̱a’a « Hoobixgwis hee », qui veut dire « La cuiller est pleine ». Lorsque les ancêtres Nisg̱a’a voyaient que le nouveau croissant de lune avait la forme d’une cuiller posée à plat, ils sortaient en courant et criaient joyeusement  «Hoobixgwis hee! Hoobixgwis hee! » – La cuiller est pleine! La cuiller est pleine!

Comme Hoobiyee célèbre une nouvelle année de prospérité, la nourriture est particulièrement abondante lors d’un festin de Hoobiyee. On y trouve une grande variété de plats tels que de l’eulakane fumé, du crabe, du phoque frais, de l’otarie fumée, du flétan, du saumon fumé, des algues, des coques, des œufs de hareng et des palourdes!

CHESTER MOORE SE SOUVIENT DE HOOBIYEE
Le chef Chester Moore se rappelle un soir froid et sec de février où il empilait du bois pour chauffer le poêle de la cuisine alors qu’il avait à peu près 6 ans. Il avait les bras chargés de bois lorsqu’il entendit soudain crier son cousin qui vivait dans la maison voisine. Il laissa tomber le bois et courut se réfugier dans sa maison, où il dit à son père que son cousin avait un problème. Son père lui répondit « Va voir par la fenêtre et dis-moi comment la lune est accrochée. »

Chester regarda par la fenêtre et vit un très mince croissant de lune, les deux pointes tournées vers le haut. Il décrivit à son père ce qu’il voyait et celui-ci lui dit d’aller dehors et de crier hoobiyee aussi fort qu’il le pouvait. C’est ce qu’il fit et il entendit des gens crier hoobiyee à l’autre bout du village.

Ce souvenir lui reviendrait bien des années plus tard. Il était meneur du groupe de danseurs Nisg̱a’a qui devaient participer à l’érection du totem commémoratif à Gitwinksihlkw le 17 octobre 1990 et il devait trouver un chant pour la grande finale. En revenant de Terrace par le chemin forestier de Lava Lake, il aperçut un nouveau croissant de lune. Il se rappela soudain hoobiyee, et le chant de hoobiyee lui vint à l’esprit. Il le chanta tout le long du trajet et l’enseigna ensuite aux femmes et aux danseurs.

Aujourd’hui, la célébration de Hoobiyee appartient à tous les Nisg̱a’a, peu importe où ils vivent.