Cliquer emblèmes de totem pour l'histoire de totem.
Crane Pole Figure 1 Figure 2 and 3 Figure 4 and 5 Figure 6 and 7 Figure 8
Crane Pole Figure 1
Crane Pole Figure 2
Crane Pole Figure 3
Crane Pole Figure 4
Crane Pole Figure 5 and 6
Fig6
Fig7
Fig8
Fig9
Fig10

G̱anii diyeet w’itkw ahl hlig̱ooḵt

K’a-w’iila’ihl G̱alts’ap Gitwinksihlkw gi- k’uhl. Gip’pil wil t’apmihlt. Ksgalanim wil t’ap mihlt, wil k’ii jaga lukw diit ahl Hlaxwhl’yansh, ganhl Gwinaha, aanu galax̱dilihl Galts’ap. Hla jijok sim’oogit ahl Gwin’aaha, n’i wilt japt diit pts’aan wat ahl Spa Smax. Nihl Sim’oogit Wii Seeks Gitspuudwada an gahlkwt, Giskaast nit. Hilmoomin Sim’oogit Niislisyan, Lax̱ Gibuu n’it. Ganhl k’yoohl wila’askws Wii Seeks, N’iikwax̱hast wat, Giskaast nit. Gitwinksihlkw wil sa bakhl simgigat dip tgun. Gwin’aaha wil hitkwhl pts’an tgun. T’ap x̱o’olt t’im ḵayx duhux ḵayx gan’agwihl pts’aanim spasmax tgun.

1929 wilt woot dit. N’ii wilt Giikwihl Museum of the American Indian ahl New York. N’i wilt gwilks giikwihl Canadian Museum, ii N’ii wil hitkwit sat tgun ahl Canadian Museum of Civilization ahl Ottawa.

Hli adaawag̱ahl adokshl pts’aan:

1. Ḵ’asḵ’oos
T’aahl w̓ii g̱altsap anuu lax-mo’on, hilthl gathl jog̱at loot. N̓iwil wilhl tx̱alpx̱doolhl k’uba ii’uxwt, saa-yo’ondiit wilaa loohl g̱a swan̓sgum halaydit an dilimootkwhl g̱a sipsiipgwit. K’yoohl hlgu gat saḵ’apdidiit an diyeediit. N̓ithl kw’ihl sag̱ootgwit. N̓iwilt sim huk’aḵ’ant wilaa loohl g̱a halaydit.

Hlaa sim gwildim-g̱ootdiit, wil k’iit mahldiit ahl angigatkwdiithl dim k’ax̱ siilin̓skwdiit. Mahldiithl hlibuum sahl dim geekwsdiit yukwhl nimdii kw’oot’is diit. G̱ooḵhl dim saa-hlo’odiit awa’ahl sbi-nax̱noḵ lax̱-sg̱an̓ist, ii sim gwildim g̱oot diit.
Sisatkw n̓idiit ii naahlḵdiit. Hlaa bakwdiit wil t’aahl sbi-nax̱noḵ, wilk’ii dox̱diit loot. Hlaa tx̱alpx̱hl sahl dox̱diit, di nax̱n̓adiithl x̱sgwiikws. Silkw hli nax̱n̓adit ii lip nda wilaa sakskwhl hli dalhl amihl x̱sgwiikws. Wilk’iit simihldiithl lakw iit n̓ii-t’ahldiithl ts’ilim wineexdiit lax̱-anlakw. Gindiithl nax̱noḵ iit didalḵdiit yukwhl wildiit.

N̓iwil g̱aks g̱awsukwhl hli dalhl hax̱sgwiikws. Wilk’ii aat’iks limx, iit siwilaaksdiit limx tgus. Hlaat sim wilaaxdiit n̓iwil hihl nax̱noḵ loodiit. “Tx̱aa n̓itkws dim swan̓isgwin dim ii mi sim yeedihl limx tgun. “Jihlaa n̓aa-luu- yaltkwsim̓, dim ga’asim̓ wil hitkwhl w̓ii ḵ’asḵ’oos ahl lax̱-ts’eehl aks, sg̱a-hats’dithl tgwa. Dim bag̱asim̓ mi dim x̱bi-guut loot, luu-hukskwhl g̱andax̱gat loot.” Hlaa n̓aa-hlo’odiit bakwdiit lax̱-sgan̓ist, hlaat w̓adiit k’il̓hl namḵ’ap iit ga’adiit wil hitkwhl w̓ii ḵ’asḵ’oos lax̱-ts’eehl aks giiks, sg̱a-hats’-dithl tgwa. N̓iwilt hagwin-x̱hlg̱ayxwdiit.

Hlgu gathl kw’ihl ksg̱oog̱at an da’aḵhlkw hagwin-aḵhlgwit loot, iit x̱bi-guuhl tgwa tgus ahl ts’imaaḵhl w̓ii ḵ’asḵ’oos. Guudithl tgwa tgus iit amaa luu-sgidit ahl ts’im-naatx̱ ii sit’aama’am gwilks-hlo’odiit ahl wil joḵdiit. Aamhl g̱an̓agwihl hlo’odiit iit ga’adiit wil hahl-yeehl gat lax̱-ts’eehl aks ii n̓iwil hihl hlgu gathl kw’ihl ksg̱oog̱at, dim ga’am̓hl g̱adax̱gadihl naak’ tgun.

Wilk’iit uxt ahl asay̓hl gat, wilk’ii tḵ’ayks-t’ahlikskwhl gat tgus. Nidiit da’aḵhlkw dim huxw yeet. Wilk’iit gwilks-batsdiit ahl wilp wil luu-joḵt.
Bag̱adilhl g̱ahalaydit dim dimootkwdiithl gat tgus, ii nidiit da’aḵhlkwdiit. N̓iwilt mahlihl k’uba ii’uxwt dimt da’aḵhlkwhl hlgu gathl silg̱a-wildiit dimt dimootkwt.

Wilk’iit w̓o’odiit iit silsdilhl k’uba ii’uxwthl silg̱a-wilit.

Hlaa sit’aama’adiit, n̓iwilt yeetdiit limxhl gin̓amihl nax̱noḵ. Wilk’ii sit’aama’am swan̓iskwhl hlgu gat. Lip luusaanaahlkwdiit wilaa jabihl hlgu gat yukwhl swana’askwt. Hugax̱athl k’utk’unukws, wayt tk’u-bax̱hl t’img̱est ahl hak’yo’ot. Dimootgwithl gat tgus, iit tx̱aa wilaayihl gat wil w̓ii halaytt.

2. Gibuu: Hlgu wilksihlgum Gibuuyima’a
(nidi wilaaks adawaak tgun)

3. Nox̱hl smax (ts’uusk) tḵ’al-wanhl ts’al̓a smax saḵ’apdihl k’uba ts’imuxwt

Adoḵs ts’uu gwilal̓, kwsdins g̱anhl ḵ’ool̓t. Sayt k’il̓ g̱anhl hli adwaag̱ahl nox̱hl smax g̱anhl hlgu wilksihlgum lik’in̓skw, gwin ga’atdihl ayukws tgun ahl nigwoodim lik’in̓skwhl k’uba smax.

Sim gik’uuhl hlaa mukwhl maay̓ tx̱as sint, ii adigwil sayt kw’ihl saa-hlo’ohl haanaḵ’ ahl g̱alts’ap, g̱o’odiit wil simaay̓diit ahl g̱agililihl g̱alts’ap n̓iwilt sdildiithl k’yoohl hlguuhlgum hanaḵ’hl sim’oogit. N̓it an luu-daltkwhl ax̱ anbiskw wil dii simaay̓t.

Sim hiihlukw wilt kwsdaḵsihl haanaḵ’hl g̱alts’ap, wilk’ii saa-hlo’odiit lax̱-dax g̱aḵ’alaan̓hl g̱alts’aphl dim g̱o’odiit wil t’ahl maay̓. Yukwhl hlo’odiit n̓iwil wilhl hanaḵ’ tgus, n̓ii-yatl’ikskwhl hli ksaxwhl smax. Sim siipkwhl g̱oothl hanaḵ’ tgus iit kwhlii-haks hlagadoo’ohl smax, lip agu wilaa hit ahl smax. Hliskwhl hit wilk’ii hlo’odiit, g̱o’odit wil t’ahl maay̓.

Luu-dabihl sahl wilhl haanaḵ’hl simaay̓diit. Hlaa mitmitkwhl g̱adihlkwdiit, wilk’iit gwildim g̱oot’indiithl g̱adihlkwdiit hlaa dim haw̓diit. N̓iwil wilhl hanaḵ’, gwildim g̱oot’inthl walxt ii gwanim t’ukwhlal̓st hli deex̱hl dii dihlkwt. Hagwin-hlo’o hlag̱a ts’uuhl haanaḵ’ dimt hlimoomdiit n̓it. G̱anii n̓ihl wilt, gwanim t’ukwhlal̓st. Hlaa pliihlikskwhl silg̱a wilithl gibe’eskw diit, n̓iwil hit loodiit, “Ado’o k’ii hlo’osim̓ dim sil̓idiy̓ n̓isim̓.”

Hlaa g̱alaanhl silsdilit, bayt ligii w̓itkwhl gat awa’at, ii n̓iwil hit ahl hanaḵ’, “Dim hlimoomiy̓ n̓iin, dim jabiy̓hl dihlgwin.” Ḵ̱’am ḵ’e’ent wilaagwihl gathl dihlkwt iit hlisa’ant. N̓iwil hihl gat loot, “Dim gwilks- sdiliy̓ n̓iin,” wilk’ii saa-hlo’odiit. Nidiit wilaaxhl hanaḵ’ wil liksgat wilaa hlo’odiit. Hlaat liksgat’int n̓iwil hihl gat loot: “Dim dag̱o’odiy̓ n̓iin awa’ahl wilp lax̱-sg̱an̓ist, dim ii k’ax luu-t’aan awa’ay̓.” Hlaa t’ip- yukwhl yukwsa ii nidiit da’aḵhlkwhl dim luuyaltkwt ahl wil joḵdiit, n̓iwil aḵhl wilt, aamhl k’ax̱ luu-t’aat awa’ahl gat.

Hlaa n̓akwhl yukwsa ii liksgat’inskwhl g̱alts’ap wil nidii w̓itkwt. Wilk’ii sit’aama’am gitksdiit loot. Hlaa huxw k’il̓hl sa iit w̓adiithl g̱ag̱eeḵst, ninda dox̱gwithl g̱ag̱eeḵshl smax. N̓iwilt wilaaxdiit wilt sidooḵhl smax n̓it.

Hlaa hugax̱hl g̱abiihl k’uuhl hlidaa kw’ootkwhl hanaḵ’ tgus iit wilaax kwsdinsoolhl g̱abiihl gimxditkwt wil ḵ’ay dididilst. Hlaa silkwhl maadim wilk’ii saa-yeehl silgidim gimxdit dim gigil̓thl sbi-smax lax̱-sg̱an̓ist wil luu-joḵdiit. Sim hiihlukw wil saa-yeet, hlaa hagwin-dilpkwt awa’ahl sbi-smax iit ga’ahl gimxdit wil aat’ikst, iit ninda dox̱ahl w̓ii smaxhl moosim an’unt, iit sg̱a-sawit ii hak’sim liks sgat wilaa yeet. Nidiit k’ax w̓ahl gimxdit.

Wilk’ii hak’sim luuyaltkwt ahl g̱alts’ap, wayt nidiit w̓ahl gigil̓diit. Hlaa huxw k’il̓hl sa, wilk’ii dii saa-yeehl luu-anyeehl wakt dim bag̱at dimt w̓ahl gimxdit. Hlaa hagwin-dilpkwt ahl awa’ahl sbi-smax wil luu- joḵ diit, n̓iwil hak’sim huxw wilhl w̓ii smax ninda dog̱athl gilp’ilhl g̱ats’iw̓in̓aḵst iit sg̱a-sawit. Ii huxwdii k’il̓a-yeehl gimxdit ii gwilks-g̱alw̓itkwt, nidii agu ji w̓ayit. N̓i wil huxwdii hihl ts’uu gwiloonhl niwagit dim huxw dii gigiks, wilk’ii saa-yeet sim hiihlukw, hlaa sim hagwin-dilpkwt awa’ahl sbi-smax n̓iwil huxw wilhl smax ninda dok dit gwilal̓thl g̱ats’iw̓in̓aḵst iit sg̱a-sawit ii huxwdii liksgat wilaa yeehl ts’uu gwiloonit niwagit, huxwdii g̱alw̓itkwt. N̓iwil huxw dii saa-yeehl ts’uu tx̱alpx̱doolhl niwagit ii g̱anii n̓it wilaagwihl smax n̓it, ninda didax̱ dog̱athl tx̱alpx̱ g̱ats’iw̓in̓aḵst iit, kw’ihl sawit ii huxwdii liksgat wilaa yeehl gat, ii huxwdii g̱al w̓itkwt. Yukwhl min-al’algaxhl niwagit mahldiit wilt aat’ixdiit wil sim hagwin-dilpkwdiit ahl sbi-smax ii nidiit wilaaxdiit ag̱ug̱ant ax̱ w̓adiit

N̓iwil huxwdii hihl ts’iw̓ingidim wakdiit, dim huxwdii saa-yeet, iit halaagax̱hl wakkwt. “Dim kw’oodikskw n̓iin, nidii hasag̱am̓hl dim saa-hlo’om̓hl dim giksim̓ loon”. Ansiguhl hlgu gat heediit, wilk’ii naahlḵt, sim luu-hugax̱at wilaa japkwhl naahlḵ. Hlaa gwildim g̱oodat wilk’iit jipjaphl amaa nax̱ iit doḵhl hugax̱hl g̱abiihl wineex dim aajax̱gwit ahl ligii gwilal̓hl sahl dim wilt.

Sim hiihlukw wilk’ii saa-yeet wil wayt yukwsahl g̱an̓agwihl yeet. Hlaa dim sḵ’eex̱kw wilk’ii joḵt hlaxwhl w̓ii seeḵs. Sim hiihlukw wilk’iit sit’aama’am pdaltkwhl sgan̓ist. Hlaat ga’ahl w̓ii smax wil aat’ikst, wilk’iit ninda x̱dog̱ahl g̱a kwsdins g̱ats’iw̓in̓aḵst iit baḵhl dimt k’il̓a sawit, nidiit aat’ix hlgu gat, g̱anii n̓i wilaa pdaltkwt lax̱-sg̱an̓ist awa’ahl sbi-smax.

Sim luu’aamhl g̱oothl hanaḵ’ wilt ga’ahl wil hlaa w̓ii gathl ts’iw̓ingidim gimxdit iit guuhl maakws iit dam̓ikst iit y̓ag̱a-uxt wil yeehl gimxdit. Ii wayt y̓ag̱a-ax̱lilpt awa’ahl wil yeet, iit guut ii aluut’aahl an’una gat ahl maakws. N̓iwilt wilaax wil ḵ’ay didilsihl gimxdit. Wilk’ii sit’aama’am pdaltkwt awa’ahl sbi-smax.

Hlaat wilaaxhl smax dim wilt jagwihl gat tgus n̓it, wilk’iit siwilaay̓int ahl lim’ooy̓. N̓ig̱an tx̱aa n̓itkwst jagwihl Nisg̱a’ahl smax iit yeetdiithl limx tgun lax̱’ut. Hlaa bax̱-aḵhlkwhl gimxdit ahl sbi-smax wil luu- joḵdiit, wilk’iit jagwihl w̓ii smax. Tx̱alpx̱doolhl hlgim smaxhl hanaḵ’ tgus. Gwiloonhl ii’uxwt ii k’yoolhl hanaḵ.’ N̓iwilt sayt doḵhl gimxdit n̓idiit iit luu- dihilyaltkwt ahl g̱alts’ap.

Hlaa ḵ’am sint, ii luu-g̱atg̱oot’inskw hli gadihl g̱alts’ap, sahoondiit, ii ginaa-luu- k’il̓ikskwhl k’uba smax ts’im-simwilp. Iit saa-doḵdiithl anaasa smaxdiit iit hug̱ax̱diit wilaa jipjabihl ḵ’ap k’ubatk’ihlkw, wilk’ii g̱alaaḵ’diit. N̓iwilt nax̱n̓as nox̱diit g̱a alimidihl k’ubatk’ihlkw. Adigwil t’aahl gimxdidiithl siix-ga’askwt ahl naahl dim aat’iksit, ḵ’am silkwthl w̓ayihl wildiit, saa-dog̱ahl gwiis smaxt. Sim n̓iwilt ga’ahl wil aat’iks nox̱diit, wilk’iit mahlit ahl gimxditkwt wil k’ii laam̓iit haxhooxdiithl g̱agwiis smaxdiit.

G̱anii n̓ihl wilaa liksgat’inskwhl nox̱diit, hlaa ḵ’am huxw sa, iit mahlit loodiit dim wil huxw saa-yeet. Hlaa wilt kwsdaḵsit, wil k’ii hit ahl k’uba smax, nii dim diit anooḵ diithl dim ts’akhl anlakw, dim adigwil n̓ii- t’ahldiithl lakw loot. N̓iwil wils nox̱diit ḵ’amts’in luuyaltkw ii liksgathl yox̱gwit yukwhl nii dim diit ga’ahl k’uba smax n̓it.

Sim n̓iwil g̱alaant wilk’iit saa-dog̱ahl k’uba ii’uxwim smax g̱agwiis smaxdiit wilk’ii g̱alaaḵ’diit, hlaat ga’as nox̱diit wilk’ii ts’ilim-bax̱t iit sayt dox̱hl g̱agwiis smaxdiit wil k’iit n̓ii-txeldit lax-anlakw. Wilk’ii wanhl k’ubatk’ihlkw sigatkwdiit. Hlaa ḵ’ap m̓isḵ̱’a k’ubatk’ihlkwdiit guun̓. Ḵ̱’am k’yoolhl hlgu hanaḵ’ an da’aḵhlkwt ginaa- haxhooxhl anaasa smax.

Hlaa aamhl g̱an̓agwit, hlaa w̓it’ax̱ ii’uxwthl k’ubatk’ihlkw, hlaa silkwhl maadim wilk’ii saa-hlo’odiit, siilin-smaxdiit. Sdildiithl gimxdim smaxdiit. N̓it an adigwil w̓ahl wil wanhl sbi-smax, wilk’iit jakwdiit, n̓ihl gip diit tx̱as maadim.

4. Log̱a-Gibilx̱ (Oo ligii gat tḵ’al-t’aahl ḵ’oja ts’aḵt loot)
(nidi wilaaks adawaak tgun)

5. Hlgu wilksihlgum Lik’in̓skw
6. Tḵ’al-wan hli hlgihl smax ahl g̱ooḵt

Adoḵs ts’uu gwilal̓, kwsdins g̱anhl ḵ’ool̓t. Sayt k’il̓ g̱anhl hli adwaag̱ahl nox̱hl smax g̱anhl hlgu wilksihlgum lik’in̓skw, gwin ga’atdihl ayukws tgun ahl nigwoodim lik’in̓skwhl k’uba smax.

Sim gik’uuhl hlaa mukwhl maay̓ tx̱as sint, ii adigwil sayt kw’ihl saa-hlo’ohl haanaḵ’ ahl g̱alts’ap, g̱o’odiit wil simaay̓diit ahl g̱agililihl g̱alts’ap n̓iwilt sdildiithl k’yoohl hlguuhlgum hanaḵ’hl sim’oogit. N̓it an luu-daltkwhl ax̱ anbiskw wil dii simaay̓t.

Sim hiihlukw wilt kwsdaḵsihl haanaḵ’hl g̱alts’ap, wilk’ii saa-hlo’odiit lax̱-dax g̱aḵ’alaan̓hl g̱alts’aphl dim g̱o’odiit wil t’ahl maay̓. Yukwhl hlo’odiit n̓iwil wilhl hanaḵ’ tgus, n̓ii-yatl’ikskwhl hli ksaxwhl smax. Sim siipkwhl g̱oothl hanaḵ’ tgus iit kwhlii-haks hlagadoo’ohl smax, lip agu wilaa hit ahl smax. Hliskwhl hit wilk’ii hlo’odiit, g̱o’odit wil t’ahl maay̓.

Luu-dabihl sahl wilhl haanaḵ’hl simaay̓diit. Hlaa mitmitkwhl g̱adihlkwdiit, wilk’iit gwildim g̱oot’indiithl g̱adihlkwdiit hlaa dim haw̓diit. N̓iwil wilhl hanaḵ’, gwildim g̱oot’inthl walxt ii gwanim t’ukwhlal̓st hli deex̱hl dii dihlkwt. Hagwin-hlo’o hlag̱a ts’uuhl haanaḵ’ dimt hlimoomdiit n̓it. G̱anii n̓ihl wilt, gwanim t’ukwhlal̓st. Hlaa pliihlikskwhl silg̱a wilithl gibe’eskw diit, n̓iwil hit loodiit, “Ado’o k’ii hlo’osim̓ dim sil̓idiy̓ n̓isim̓.”

Hlaa g̱alaanhl silsdilit, bayt ligii w̓itkwhl gat awa’at, ii n̓iwil hit ahl hanaḵ’, “Dim hlimoomiy̓ n̓iin, dim jabiy̓hl dihlgwin.” Ḵ̱’am ḵ’e’ent wilaagwihl gathl dihlkwt iit hlisa’ant. N̓iwil hihl gat loot, “Dim gwilks- sdiliy̓ n̓iin,” wilk’ii saa-hlo’odiit. Nidiit wilaaxhl hanaḵ’ wil liksgat wilaa hlo’odiit. Hlaat liksgat’int n̓iwil hihl gat loot: “Dim dag̱o’odiy̓ n̓iin awa’ahl wilp lax̱-sg̱an̓ist, dim ii k’ax luu-t’aan awa’ay̓.” Hlaa t’ip- yukwhl yukwsa ii nidiit da’aḵhlkwhl dim luuyaltkwt ahl wil joḵdiit, n̓iwil aḵhl wilt, aamhl k’ax̱ luu-t’aat awa’ahl gat.

Hlaa n̓akwhl yukwsa ii liksgat’inskwhl g̱alts’ap wil nidii w̓itkwt. Wilk’ii sit’aama’am gitksdiit loot. Hlaa huxw k’il̓hl sa iit w̓adiithl g̱ag̱eeḵst, ninda dox̱gwithl g̱ag̱eeḵshl smax. N̓iwilt wilaaxdiit wilt sidooḵhl smax n̓it.

Hlaa hugax̱hl g̱abiihl k’uuhl hlidaa kw’ootkwhl hanaḵ’ tgus iit wilaax kwsdinsoolhl g̱abiihl gimxditkwt wil ḵ’ay dididilst. Hlaa silkwhl maadim wilk’ii saa-yeehl silgidim gimxdit dim gigil̓thl sbi-smax lax̱-sg̱an̓ist wil luu-joḵdiit. Sim hiihlukw wil saa-yeet, hlaa hagwin-dilpkwt awa’ahl sbi-smax iit ga’ahl gimxdit wil aat’ikst, iit ninda dox̱ahl w̓ii smaxhl moosim an’unt, iit sg̱a-sawit ii hak’sim liks sgat wilaa yeet. Nidiit k’ax w̓ahl gimxdit.

Wilk’ii hak’sim luuyaltkwt ahl g̱alts’ap, wayt nidiit w̓ahl gigil̓diit. Hlaa huxw k’il̓hl sa, wilk’ii dii saa-yeehl luu-anyeehl wakt dim bag̱at dimt w̓ahl gimxdit. Hlaa hagwin-dilpkwt ahl awa’ahl sbi-smax wil luu- joḵ diit, n̓iwil hak’sim huxw wilhl w̓ii smax ninda dog̱athl gilp’ilhl g̱ats’iw̓in̓aḵst iit sg̱a-sawit. Ii huxwdii k’il̓a-yeehl gimxdit ii gwilks-g̱alw̓itkwt, nidii agu ji w̓ayit. N̓i wil huxwdii hihl ts’uu gwiloonhl niwagit dim huxw dii gigiks, wilk’ii saa-yeet sim hiihlukw, hlaa sim hagwin-dilpkwt awa’ahl sbi-smax n̓iwil huxw wilhl smax ninda doḵ dit gwilal̓thl g̱ats’iw̓in̓aḵst iit sg̱a-sawit ii huxwdii liksgat wilaa yeehl ts’uu gwiloonit niwagit, huxwdii g̱alw̓itkwt. N̓iwil huxw dii saa-yeehl ts’uu tx̱alpx̱doolhl niwagit ii g̱anii n̓it wilaagwihl smax n̓it, ninda didax̱ dog̱athl tx̱alpx̱ g̱ats’iw̓in̓aḵst iit, kw’ihl sawit ii huxwdii liksgat wilaa yeehl gat, ii huxwdii g̱al w̓itkwt. Yukwhl min-al’algaxhl niwagit mahldiit wilt aat’ixdiit wil sim hagwin-dilpkwdiit ahl sbi-smax ii nidiit wilaaxdiit ag̱ug̱ant ax̱ w̓adiit

N̓iwil huxwdii hihl ts’iw̓ingidim wakdiit, dim huxwdii saa-yeet, iit halaagax̱hl wakkwt. “Dim kw’oodikskw n̓iin, nidii hasag̱am̓hl dim saa-hlo’om̓hl dim giksim̓ loon”. Ansiguhl hlgu gat heediit, wilk’ii naahlḵt, sim luu-hugax̱at wilaa japkwhl naahlḵ. Hlaa gwildim g̱oodat wilk’iit jipjaphl amaa nax̱ iit doḵhl hugax̱hl g̱abiihl wineex dim aajax̱gwit ahl ligii gwilal̓hl sahl dim wilt.

Sim hiihlukw wilk’ii saa-yeet wil wayt yukwsahl g̱an̓agwihl yeet. Hlaa dim sḵ’eex̱kw wilk’ii joḵt hlaxwhl w̓ii seeḵs. Sim hiihlukw wilk’iit sit’aama’am pdaltkwhl sgan̓ist. Hlaat ga’ahl w̓ii smax wil aat’ikst, wilk’iit ninda x̱dog̱ahl g̱a kwsdins g̱ats’iw̓in̓aḵst iit baḵhl dimt k’il̓a sawit, nidiit aat’ix hlgu gat, g̱anii n̓i wilaa pdaltkwt lax̱-sg̱an̓ist awa’ahl sbi-smax.

Sim luu’aamhl g̱oothl hanaḵ’ wilt ga’ahl wil hlaa w̓ii gathl ts’iw̓ingidim gimxdit iit guuhl maakws iit dam̓ikst iit y̓ag̱a-uxt wil yeehl gimxdit. Ii wayt y̓ag̱a-ax̱lilpt awa’ahl wil yeet, iit guut ii aluut’aahl an’una gat ahl maakws. N̓iwilt wilaax wil ḵ’ay didilsihl gimxdit. Wilk’ii sit’aama’am pdaltkwt awa’ahl sbi-smax.

Hlaat wilaaxhl smax dim wilt jagwihl gat tgus n̓it, wilk’iit siwilaay̓int ahl lim’ooy̓. N̓ig̱an tx̱aa n̓itkwst jagwihl Nisg̱a’ahl smax iit yeetdiithl limx tgun lax̱’ut. Hlaa bax̱-aḵhlkwhl gimxdit ahl sbi-smax wil luu- joḵdiit, wilk’iit jagwihl w̓ii smax. Tx̱alpx̱doolhl hlgim smaxhl hanaḵ’ tgus. Gwiloonhl ii’uxwt ii k’yoolhl hanaḵ.’ N̓iwilt sayt doḵhl gimxdit n̓idiit iit luu- dihilyaltkwt ahl g̱alts’ap.

Hlaa ḵ’am sint, ii luu-g̱atg̱oot’inskw hli gadihl g̱alts’ap, sahoondiit, ii ginaa-luu- k’il̓ikskwhl k’uba smax ts’im-simwilp. Iit saa-doḵdiithl anaasa smaxdiit iit hug̱ax̱diit wilaa jipjabihl ḵ’ap k’ubatk’ihlkw, wilk’ii g̱alaaḵ’diit. N̓iwilt nax̱n̓as nox̱diit g̱a alimidihl k’ubatk’ihlkw. Adigwil t’aahl gimxdidiithl siix-ga’askwt ahl naahl dim aat’iksit, ḵ’am silkwthl w̓ayihl wildiit, saa-dog̱ahl gwiis smaxt. Sim n̓iwilt ga’ahl wil aat’iks nox̱diit, wilk’iit mahlit ahl gimxditkwt wil k’ii laam̓iit haxhooxdiithl g̱agwiis smaxdiit.

G̱anii n̓ihl wilaa liksgat’inskwhl nox̱diit, hlaa ḵ’am huxw sa, iit mahlit loodiit dim wil huxw saa-yeet. Hlaa wilt kwsdaḵsit, wil k’ii hit ahl k’uba smax, nii dim diit anooḵ diithl dim ts’akhl anlakw, dim adigwil n̓ii- t’ahldiithl lakw loot. N̓iwil wils nox̱diit ḵ’amts’in luuyaltkw ii liksgathl yox̱gwit yukwhl nii dim diit ga’ahl k’uba smax n̓it.

Sim n̓iwil g̱alaant wilk’iit saa-dog̱ahl k’uba ii’uxwim smax g̱agwiis smaxdiit wilk’ii g̱alaaḵ’diit, hlaat ga’as nox̱diit wilk’ii ts’ilim-bax̱t iit sayt dox̱hl g̱agwiis smaxdiit wil k’iit n̓ii-txeldit lax-anlakw. Wilk’ii wanhl k’ubatk’ihlkw sigatkwdiit. Hlaa ḵ’ap m̓isḵ’a k’ubatk’ihlkwdiit guun̓. Ḵ̱’am k’yoolhl hlgu hanaḵ’ an da’aḵhlkwt ginaa- haxhooxhl anaasa smax.

Hlaa aamhl g̱an̓agwit, hlaa w̓it’ax̱ ii’uxwthl k’ubatk’ihlkw, hlaa silkwhl maadim wilk’ii saa-hlo’odiit, siilin-smaxdiit. Sdildiithl gimxdim smaxdiit. N̓it an adigwil w̓ahl wil wanhl sbi-smax, wilk’iit jakwdiit, n̓ihl gip diit tx̱as maadim.

Content for id "nisgaatext6" Goes Here
Content for id "nisgaatext7" Goes Here
Content for id "nisgaatext8" Goes Here
Content for id "nisgaatext9" Goes Here
Content for id "nisgaatext10" Goes Here

continued from main page

The Bears’ Den totem pole was erected at Gwin’aaha around the year 1900 and carved by Chief Wii Seeks (“Huge Sparkling Star”) of the Killer Whale tribe along with his helper, Chief Niislisyan of the Wolf tribe (owner and master of personal slave by the name of Y’an, “Leonard Douglas”) and N’iikwaxhast (“Fire weed all around”) of the Killer Whale tribe of Wii Seeks house. These carvers were originally from Gitwinksihlkw.

The Bears’ Den pole was purchased in 1929 by the Museum of the American Indian in New York. The National Museum of Canada purchased it from the MAI in 1977 and it now stands in the Canadian Museum of Civilization in Ottawa.

Histoires des emblèmes :

1. Grue
(histoire inconnue)

2. Loup – peut-être le Prince des Loups (histoire inconnue)
3. Mère Ourse (petite version), ayant entre les oreilles le visage d’un ourson Les emblèmes 3, 5 et 6 illustrent l’histoire de la Mère Ourse. L’emblème du Prince des Grizzlis représente le père des oursons. Il y a longtemps, à la saison des petits fruits, les femmes d’un village avaient coutume d’aller ensemble faire la cueillette dans les collines. Une d’entre elles eut un jour une étrange aventure lorsqu’elle alla cueillir des petits fruits avec les femmes de son village. Ce matin-là, à l’aube, les femmes se mirent en route pour les collines où les baies sauvages poussaient en abondance. Chemin faisant, cette femme glissa sur des excréments d’ours et tomba. Maudissant l’ours, elle se releva puis continua son chemin. Les femmes cueillirent des petits fruits toute la journée et, lorsque leurs paniers furent bien remplis, elles se préparèrent à rentrer avec leur récolte. Celle qui avait glissé ramassa son panier, mais l’anse se brisa et les fruits se répandirent. Ses compagnes essayèrent de l’aider à la réparer mais, malgré leurs efforts, l’anse ne faisait que briser. Les voyant prêtes à abandonner, la femme leur dit de continuer leur chemin et qu’elle les rejoindrait. Après leur départ, un homme lui apparut. Il l’aida à réparer le panier, puis il lui offrit de le porter et de la raccompagner. Ils marchèrent ensemble sans qu’elle se rende compte qu’ils allaient dans la mauvaise direction. Lorsqu’enfin elle s’en aperçut, l’homme lui dit qu’il avait une maison sur la montagne et qu’elle pourrait y passer la nuit avec lui. Comme il commençait à faire noir et qu’elle n’y voyait plus assez pour retrouver le chemin de son village, elle n’eut d’autre choix que d’accepter son offre. Plus tard ce soir-là, son peuple s’aperçut qu’elle n’était pas rentrée et tous partirent à sa recherche. Le lendemain, ils trouvèrent les empreintes de ses pas près de celles d’un ours et ils comprirent qu’elle avait été victime d’une ruse. Un hiver, quelques années après la disparition de la femme, ses cinq frères s’avisèrent qu’elle était peut-être encore en vie et ils décidèrent de la chercher. L’aîné partit à la recherche de la tanière de l’ours dans les montagnes. Il se mit en route de bonne heure et, lorsqu’il s’approcha de la tanière, sa sœur le vit. Mais l’ours lui jeta un sort : croisant ses mains, les deux pouces pointés dans la direction du frère, il les agita comme s’il lui faisait signe de passer son chemin. Cette magie opéra : le frère ne vit pas sa sœur et il retourna au village bredouille. Le lendemain, le deuxième frère partit à la recherche de la sœur mais lorsqu’il s’approcha de la tanière, l’ours joignit les mains, pouces et index pointés dans sa direction, et il lui jeta un sort comme au premier. Le frère partit dans une autre direction et rentra au village bredouille. Le troisième frère voulut aussi essayer. Cette fois-ci l’ours jeta un sort en pointant trois doigts dans sa direction; désorienté, le frère rentra bredouille. Le quatrième frère s’essaya et l’ours lui jeta un sort en pointant quatre doigts vers lui; désorienté, ce frère-là aussi rentra bredouille. Les quatre frères se racontèrent comment ils s’étaient approchés de la tanière de l’ours, dont ils connaissaient l’emplacement, et comment, pour une raison ou pour une autre, ils n’avaient pas pu l’atteindre. Le frère cadet décida de partir à la recherche de sa sœur. Ses frères riaient de lui, en disant « Tu vas te perdre. Nous ne voulons pas être obligés de te chercher. » Mais il les ignora. Il jeûna et se purifia. Lorsqu’il fut prêt, il prépara une bonne paire de raquettes et prit assez de nourriture pour deux ou trois jours de marche. Il se mit en route tôt le lendemain et marcha jusqu’à la nuit tombante. Il dormit sous une énorme épinette puis, au petit matin, il commença à escalader la montagne. Lorsque l’ours le vit venir, il tenta de lui jeter le même sort qu’aux autres, en pointant cette fois tous ses doigts dans sa direction. Mais le sort n’avait pas de prise sur le frère cadet, qui continuait de monter vers la tanière. La sœur était folle de joie à la vue de son jeune frère, qui était devenu un homme. Elle fit une boule de neige et la lança vers le bas de la montagne. La boule tomba aux pieds du frère et celui-ci reconnut l’impression des doigts de sa sœur. Il sut alors qu’elle était vivante et il continua de grimper vers la tanière de l’ours. Sachant que le frère le tuerait, l’ours enseigna à sa femme son chant funèbre pour qu’elle le chante tandis qu’il mourrait. Depuis lors, les Nisg̱a’as chantent ce chant funèbre au-dessus de la carcasse de chaque ours qu’ils tuent. Le frère arriva devant la tanière et tua l’ours. La mère ourse était restée à l’intérieur avec ses quatre enfants, trois mâles et une femelle. Le frère les ramena tous au village. Lorsque vint l’été, tous les gens du village étaient occupés à récolter le saumon et les petits ours restaient seuls dans la longue maison. Lorsqu’ils virent que tous les autres étaient partis, ils enlevèrent leurs peaux d’ours et devinrent des enfants humains, puis ils commencèrent à jouer dans la maison. La mère entendit des voix d’enfants qui jouaient et elle devint curieuse. Elle s’approcha de la maison pour voir les ours. La sœur ours, qui n’avait encore enlevé que la moitié de sa peau, avertit ses frères de l’arrivée de leur mère et ils remirent vite leurs peaux d’ours. La mère n’était cependant pas tout à fait rassurée. Le lendemain, elle leur dit qu’elle sortait. Elle demanda aux enfants ours d’entretenir le feu et elle quitta la maison. Cependant elle contourna la maison en catimini et se posta près d’une autre porte où les enfants ours ne pouvaient pas la voir. Leur mère partie, les enfants ours avaient enlevé leurs peaux d’ours et s’étaient mis à jouer. Lorsqu’elle vit cela, la mère fit irruption dans la maison, ramassa toutes les peaux d’ours et les jeta dans le feu. Les enfants ours se mirent à pleurer parce qu’ils devraient désormais rester humains. Tous sauf la fillette ourse, qui n’avait pas enlevé sa peau. Avec le temps, les garçons devinrent des hommes. Ils utilisaient leur sœur ourse pour la chasse à l’ours en hiver. Elle trouvait les tanières et ses frères tuaient les ours, puis les rapportaient au village comme nourriture.
4. Gibilx̱ pourri (ou peut-être Personne au Nez coupant)

5. Prince des Grizzlis
6. Mère Ourse avec un ourson devant elle

Les emblèmes 3, 5 et 6 illustrent l’histoire de la Mère Ourse. L’emblème du Prince des Grizzlis représente le père des oursons.

Il y a longtemps, à la saison des petits fruits, les femmes d’un village avaient coutume d’aller ensemble faire la cueillette dans les collines. Une d’entre elles eut un jour une étrange aventure lorsqu’elle alla cueillir des petits fruits avec les femmes de son village.

Ce matin-là, à l’aube, les femmes se mirent en route pour les collines où les baies sauvages poussaient en abondance. Chemin faisant, cette femme glissa sur des excréments d’ours et tomba. Maudissant l’ours, elle se releva puis continua son chemin.

Les femmes cueillirent des petits fruits toute la journée et, lorsque leurs paniers furent bien remplis, elles se préparèrent à rentrer avec leur récolte. Celle qui avait glissé ramassa son panier, mais l’anse se brisa et les fruits se répandirent. Ses compagnes essayèrent de l’aider à la réparer mais, malgré leurs efforts, l’anse ne faisait que briser. Les voyant prêtes à abandonner, la femme leur dit de continuer leur chemin et qu’elle les rejoindrait.

Après leur départ, un homme lui apparut. Il l’aida à réparer le panier, puis il lui offrit de le porter et de la raccompagner. Ils marchèrent ensemble sans qu’elle se rende compte qu’ils allaient dans la mauvaise direction. Lorsqu’enfin elle s’en aperçut, l’homme lui dit qu’il avait une maison sur la montagne et qu’elle pourrait y passer la nuit avec lui. Comme il commençait à faire noir et qu’elle n’y voyait plus assez pour retrouver le chemin de son village, elle n’eut d’autre choix que d’accepter son offre.

Plus tard ce soir-là, son peuple s’aperçut qu’elle n’était pas rentrée et tous partirent à sa recherche. Le lendemain, ils trouvèrent les empreintes de ses pas près de celles d’un ours et ils comprirent qu’elle avait été victime d’une ruse.

Un hiver, quelques années après la disparition de la femme, ses cinq frères s’avisèrent qu’elle était peut-être encore en vie et ils décidèrent de la chercher. L’aîné partit à la recherche de la tanière de l’ours dans les montagnes. Il se mit en route de bonne heure et, lorsqu’il s’approcha de la tanière, sa sœur le vit. Mais l’ours lui jeta un sort : croisant ses mains, les deux pouces pointés dans la direction du frère, il les agita comme s’il lui faisait signe de passer son chemin. Cette magie opéra : le frère ne vit pas sa sœur et il retourna au village bredouille. Le lendemain, le deuxième frère partit à la recherche de la sœur mais lorsqu’il s’approcha de la tanière, l’ours joignit les mains, pouces et index pointés dans sa direction, et il lui jeta un sort comme au premier. Le frère partit dans une autre direction et rentra au village bredouille. Le troisième frère voulut aussi essayer. Cette fois-ci l’ours jeta un sort en pointant trois doigts dans sa direction; désorienté, le frère rentra bredouille. Le quatrième frère s’essaya et l’ours lui jeta un sort en pointant quatre doigts vers lui; désorienté, ce frère-là aussi rentra bredouille. Les quatre frères se racontèrent comment ils s’étaient approchés de la tanière de l’ours, dont ils connaissaient l’emplacement, et comment, pour une raison ou pour une autre, ils n’avaient pas pu l’atteindre.

Le frère cadet décida de partir à la recherche de sa sœur. Ses frères riaient de lui, en disant « Tu vas te perdre. Nous ne voulons pas être obligés de te chercher. » Mais il les ignora. Il jeûna et se purifia. Lorsqu’il fut prêt, il prépara une bonne paire de raquettes et prit assez de nourriture pour deux ou trois jours de marche.

Il se mit en route tôt le lendemain et marcha jusqu’à la nuit tombante. Il dormit sous une énorme épinette puis, au petit matin, il commença à escalader la montagne. Lorsque l’ours le vit venir, il tenta de lui jeter le même sort qu’aux autres, en pointant cette fois tous ses doigts dans sa direction. Mais le sort n’avait pas de prise sur le frère cadet, qui continuait de monter vers la tanière.

La sœur était folle de joie à la vue de son jeune frère, qui était devenu un homme. Elle fit une boule de neige et la lança vers le bas de la montagne. La boule tomba aux pieds du frère et celui-ci reconnut l’impression des doigts de sa sœur. Il sut alors qu’elle était vivante et il continua de grimper vers la tanière de l’ours.

Sachant que le frère le tuerait, l’ours enseigna à sa femme son chant funèbre pour qu’elle le chante tandis qu’il mourrait. Depuis lors, les NisÞa’as chantent ce chant funèbre au-dessus de la carcasse de chaque ours qu’ils tuent. Le frère arriva devant la tanière et tua l’ours. La mère ourse était restée à l’intérieur avec ses quatre enfants, trois mâles et une femelle. Le frère les ramena tous au village.

Lorsque vint l’été, tous les gens du village étaient occupés à récolter le saumon et les petits ours restaient seuls dans la longue maison. Lorsqu’ils virent que tous les autres étaient partis, ils enlevèrent leurs peaux d’ours et devinrent des enfants humains, puis ils commencèrent à jouer dans la maison. La mère entendit des voix d’enfants qui jouaient et elle devint curieuse. Elle s’approcha de la maison pour voir les ours. La sœur ours, qui n’avait encore enlevé que la moitié de sa peau, avertit ses frères de l’arrivée de leur mère et ils remirent vite leurs peaux d’ours.

La mère n’était cependant pas tout à fait rassurée. Le lendemain, elle leur dit qu’elle sortait. Elle demanda aux enfants ours d’entretenir le feu et elle quitta la maison. Cependant elle contourna la maison en catimini et se posta près d’une autre porte où les enfants ours ne pouvaient pas la voir.

Leur mère partie, les enfants ours avaient enlevé leurs peaux d’ours et s’étaient mis à jouer. Lorsqu’elle vit cela, la mère fit irruption dans la maison, ramassa toutes les peaux d’ours et les jeta dans le feu. Les enfants ours se mirent à pleurer parce qu’ils devraient désormais rester humains. Tous sauf la fillette ourse, qui n’avait pas enlevé sa peau.

Avec le temps, les garçons devinrent des hommes. Ils utilisaient leur sœur ourse pour la chasse à l’ours en hiver. Elle trouvait les tanières et ses frères tuaient les ours, puis les rapportaient au village comme nourriture.

Content for id "engtext6" Goes Here
Content for id "engtext7" Goes Here
Content for id "engtext8" Goes Here
Content for id "engtext9" Goes Here
Content for id "engtext10" Goes Here